Patrice Pellerin

Né à Brest le 2 novembre 1955, fils d'un préfet qui ne restait jamais longtemps dans la même région, Patrice Pellerin a vécu dans vingt-deux villes différentes et même durant trois ans à Madagascar, avant de s'installer en Bretagne où il vit désormais, non loin de la mer qui offre son décor aux personnages qu'il crée.

Dessinateur prodige, dès l’âge de neuf ans, il obtient une dérogation et entre à l’École d’art d’Avignon où il réside alors. Il y copie des plâtres de Phidias ou de Praxitèle. Sa formation est classique, sa référence majeure Michel-Ange. Il ne s’intéressera que tardivement à la bande dessinée avec la découverte des séries réalistes. Sa formation se fait à partir des livres d’art de son père qui l’encouragera très tôt à suivre une carrière artistique. Il apprend plus à travers les livres qu’en suivant des cours. Même s’il est admis aux arts appliqués de Reims, il n’y passera qu’une année, après quoi il décide de se former tout seul, en copiant les maîtres qu'il admire, les peintres de la Renaissance ou du Grand Siècle. Il en résulte un mélange de mesure classique et de fantaisie, de goût pour l'aventure et d'élégance formelle.

Il complètera sa formation en vivant durant plusieurs années auprès de Pierre Joubert. Il illustrera comme lui la fameuse collection Signes de piste. Passionné de science-fiction et d’histoire, il est cependant connu surtout pour sa production historique en tant qu’illustrateur de manuels scolaires d'histoire, d'ouvrages pédagogiques ou érudits et, bien entendu, en tant que dessinateur de bande dessinée.

Dès le début, il se signale en reprenant, sur le conseil de Jean Giraud, le dessin de Barbe-Rouge sur scénario de Jean-Michel Charlier. Deux albums de cette saga se succèdent en 1983 et 1987 : Trafiquants de bois d'ébène et Les Révoltés de la Jamaïque. Il s'essaie à son tour au scénario, en s'inspirant des maîtres du roman feuilleton tels que Michel Zévaco. Cela donne la série Les Aigles décapitées (dessinée par Jean-Charles Kraehn chez Glénat) ainsi qu’un album, à ce jour inachevé, d’une série de science-fiction en solo, Planète perdue, où il épure son style pour parvenir au dessin qu’on lui connaît aujourd’hui.

Pour le public, c’est cependant avec la série L'Épervier, publiée aux éditions Dupuis, qu’il est découvert comme auteur complet et c’est un succès. Il y réunit ses principales passions : le feuilleton, l’Histoire, la mer et la Bretagne.

Dessinateur, scénariste et archéologue, Pellerin joint volontiers le geste à la parole et à l'image. Ainsi, il fouille parfois en Guyane un site d'habitations du XVIIIème siècle. Pour ses albums, il collabore avec des chercheurs et ses dessins sont souvent utilisés par des musées ou pour illustrer des recueils savants.

Il achève actuellement le second cycle de L'Épervier dans la collection Quadrants aux éditions Soleil. Il entraîne cette fois son héros de Bretagne au Canada.

Prix :

2009 : Prix Haxtur de la meilleure histoire longue pour L'Épervier

2015 : Victoire de la Bretagne de l'artiste de l'année

2016 : Prix Historia de la bande dessinée historique pour L'Épervier.

 

Illustration : © Éditions Soleil / Quadrants, 2020

En savoir plus

Ouvrages :

2009 : Prix Haxtur de la meilleure histoire longue pour L'Épervier
2015 : Victoire de la Bretagne de l'artiste de l'année
2016 : Prix Historia de la bande dessinée historique pour L'Épervier.

Du même auteur

L’Épervier<br>La Princesse indienne

Parution : mars 2021

L’Épervier
La Princesse indienne

Patrice Pellerin

Edition cartonnée toilée avec jaquette, ex-libris et tranchefile sur papier 200 gr.
250 ex. numérotés et signés, 80 pages couleurs et noir et blanc - 30 x 40

Epuisé