Sharani

Sharani, de son nom complet Abû al-Mawahib ‘Abd al-Wahhâb ibn Ahmad al-Sha‘rânî (Le Caire, 1493-1565), est l’un des plus éminents saints et maîtres de l’islam. Il est reconnu comme un rénovateur de la tradition musulmane, dans sa double dimension exotérique et ésotérique, au XVIe siècle, époque où les tendances exclusivistes tendent à s’affirmer au sein des différentes écoles juridiques ou même des confréries, conséquence du déclin de la civilisation et des sciences islamiques. Sharani est par ailleurs témoin de la fin de la dynastie mamelouk et des débuts de la domination ottomane. 

Soufi rattaché au courant spirituel d’Ibn ‘Arabî, théologien acharite, juriste chafiite, exégète du Coran, savant du hadîth, mais aussi poète, grammairien, Sharani bénéficia des enseignements de grands maîtres, comme Jalâl al-Dîn al-Suyutî (1445-1505) et Zakariyya al-Ançarî (1420-1520), mais aussi ‘Alî al-Khawwas (†1532), un saint illettré, lui-même cité par le pape François dans son encyclique « Laudato Si ».

L’œuvre de Sharani compte plus de trois cents ouvrages couvrant toutes les sciences sacrées de l’islam, métaphysique, théologie, droit, soufisme, etc. Malgré leur importance, on trouve très peu de traductions de ses écrits en langues occidentales.

Autorité religieuse, acteur de la vie intellectuelle de son temps, éveilleur des consciences auprès des puissants comme des plus humbles, Sharani s’investissait également beaucoup, en tant que maître d’un ordre contemplatif de la voie Shadhiliyya, dans l’enseignement et dans l’accompagnement de ses disciples ainsi que dans la direction du centre spirituel et religieux dont il avait la charge.

Sharani vécut soixante-quatorze ans. Son œuvre, son héritage intellectuel et spirituel, sa vie tout entière traduisent une inspiration divine et une fidélité exceptionnelle au modèle de perfection incarné par le Prophète Muhammad, signes distinctifs de la sainteté en islam.

Comme l’écrit ‘Abdallâh Penot, « il s’efforça toute sa vie durant d’éviter l’écueil des extrémismes qui allaient générer plusieurs sectes pseudo-musulmanes. En dépit de l’importance de son œuvre, son enseignement reposait sur sa présence personnelle plutôt que sur ses écrits. Son ordre, la Sha‘râwiyya, déclina après sa mort mais se poursuivit jusqu’au XIXe siècle. »

Le jour où il rendit l’âme, un cortège immense accompagna sa dépouille jusqu’à la grande mosquée d’al-Azhar, où plus de cinquante mille personnes firent la prière funéraire et lui rendirent hommage.

Du même auteur

Les secrets des cinq piliers de l’islam

Les secrets des cinq piliers de l’islam

Sharani

Format : 14 x 22
Reliure : broché
172 pages
Parution : octobre 2019

L'agenda

1
déc
Sharani à Noisy le Grand

Conférence-Rencontre

Présentation de l'ouvrage
"Les secrets des cinq piliers de l’islam"
par Abdel Wadoud Gouraud
à la Grande Mosquée de Noisy le Grand à 13h00

8
déc
Sharani à Cergy

Conférence-Rencontre

Présentation de l'ouvrage
"Les secrets des cinq piliers de l’islam"
par Abdel Wadoud Gouraud
à la Grande Mosquée de Cergy à 15h00